Bonjour Cao. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Cao : je suis né au Vietnam, dans un très petit (et très beau) village ancien qui s’appelle Hoi An, et qui est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Après y avoir obtenu mon baccalauréat, je suis allé pendant deux ans en classe préparatoire aux métiers de l’ingénieur à Da Nang. A l’issue de cette formation, j’ai obtenu une bourse pour intégrer l’école du Génie Industriel à Grenoble, et je suis parti pour la France, parlant à peine français ! Après trois ans d’études, j’y ai obtenu mon diplôme et découvert que j’étais intéressé par la modélisation et la reconstruction 3D. J’ai alors décidé de rejoindre un projet d’Houman Borouchaki, un chercheur de l’Université de Technologie de Troyes, en tant que doctorant sous contrat Cifre. C’est en février 2014 que je suis arrivé à l’UTT et chez LevelS3D.

Quel a été le sujet de ta thèse ?

Cao : le titre en est “Modélisation des environnements intérieurs par la reconstruction 3D en temps réel et extraction des plans 2D”. Après 4 ans et demi de travail intense aux côtés d’Houman et de l’équipe LevelS3D, j’ai obtenu ma thèse en octobre 2018.

Félicitations ! Concrètement, en quoi a consisté ton travail ?

Cao : j’ai été accueilli chez LevelS3D, avec un rôle d’ingénieur de R&D. Je travaille sur la reconstruction 3D en temps réel pour les environnements intérieurs sous une technologie Android. J’ai d’abord développé des systèmes de reconstruction visuelle en 3D d’environnements intérieurs numérisés grâce à des capteurs 3D. Ensuite, j’ai travaillé sur la génération de plans 2D à partir des nuages de points ou des maillages provenant de la reconstruction. Actuellement, je suis toujours dans l’entreprise, et je mets au point un module de segmentation sémantique dans un nuage de points. L’objectif est de repérer de façon automatique les murs, les plafonds, les portes et les fenêtres.

Cette recherche donnera-t-elle lieu à des applications industrielles ?

Cao : oui, bien sûr ! Plusieurs produits de LevelS3D incluent des éléments logiciels que j’ai développés, notamment S3D Capture, un système de numérisation 3D mobile innovant. Par la suite, mon travail de segmentation sémantique permettra de lancer sur le marché un logiciel de reconstruction aussi automatique que possible, afin de permettre aux architectes de créer une maquette 3D en une dizaine de minutes au lieu des quelques heures actuellement nécessaires en le faisant manuellement.

Quels sont tes prochains projets ?

Cao : j’aimerais continuer à m’investir dans le domaine de l’innovation dans la 3D, notamment en y intégrant de l’intelligence artificielle (deep learning, machine learning). Mon objectif est de devenir un expert de ce domaine, et de proposer des idées et des produits pour augmenter significativement la productivité des professionnels du bâtiment.

As-tu des hobbies, à part la 3D ?

Cao : mon autre passion, c’est le sport. Je fais de la course à pied (semi-marathon, et désormais trail avec un de mes collègues) et du vélo (je suis allé de la forêt d’Orient à Saint-Nazaire, 700km de route !). J’ai aussi appris à aimer la montagne pendant mes études à Grenoble, mais j’ai moins l’occasion d’en profiter à Troyes !

Et en conclusion Cao ?

Cao : j’ai une grande chance d’être dans un domaine professionnel qui me passionne, et de me réveiller tous les matins en pensant au bonheur que j’aurai à aller travailler. En particulier, le fait d’être à la frontière de la recherche et de l’industrie me permet de mieux comprendre les différents enjeux.

Merci Cao !


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.